Handicapé ou SDF, le coeur balance...

Publié le par séb

Je constate que quand je me balade dans la rue et que je croise un SDF, souvent j'ai droit à un petit mot, un "Salut mon frère!" ou autre chose de ce style.

Cela me questionne: pourquoi cette personne me salue moi et pas un autre? Pourquoi ne me demande-t-il pas d'argent? Me considère-t-il comme "un des leurs"? Est-ce que nos "galères" devraient nous rapprocher? Ma galère physique rejoint-elle leur galère sociale? D'ailleurs est-ce que mon handicap est une "galère" tiens? Il y a des difficultés, des besoins d'adaptation, certes, mais je le vis plutôt bien dans l'ensemble.

C'est peut-être ça qui me gêne: je vis bien et des personnes qui semblent vivre mal me témoignent d'une compassion que j'ai du mal à recevoir. Cependant, bien que j'ai du mal à comprendre, je réponds à leur bonjour et leur sourire. C'est pas tous les jours qu'on te dit juste bonjour, comme ça, dans les rues de Paris!

Cela me rappelle une autre anecdote, plus rare heureusement, d'un homme qui me voyant attendre dans la rue, m'a donné 2€. Comme ça, sans que je demande rien, juste parce que j'étais là, en fauteuil, devant lui. Pour info, il y avait un mendiant à quelques mètres de moi ce jour-là...

Publié dans Anecdotes

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
B
1 sdf ou 1 personne à roulettes ,on se comprend sans devoir dire un mot et se dire bonjour c engager la conversation tt simplemement.
Répondre